Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les entreprises françaises rattrapent le temps perdu

Publié le par SABAKA

 




Le Courrier de Russie |23 Décembre 2008 | Edition 135 | La Une | Julien Nocetti |




Rencontres Russie 2008 : à la conquête du marché russe

La secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, a inauguré le 10 décembre la 8e édition des Rencontres Russie au Sénat. « La Russie est un partenaire important, avec lequel nous avons une relation extrêmement solide et d’interdépendance, a-t-elle relevé. La vitalité de notre relation bilatérale, les potentialités énormes du marché russe doivent nous conduire à nous y intéresser davantage. »

Organisés par Ubifrance et la Mission économique française à Moscou en partenariat avec le Sénat et la CCIFR, ce séminaire et forum d’affaires de deux jours permettent aux PME de mieux appréhender les spécificités du marché russe et de nouer de multiples contacts. En l’espace de dix ans, les exportations des entreprises françaises vers la Russie ont été multipliées par trois. « Mais le niveau de départ était faible, donc nous avons une importante marge de progrès : le potentiel est considérable », a signalé Anne-Marie Idrac. Si 7 000 entreprises françaises commercent avec la Russie, seules 500 y sont implantées. Selon Philippe Baudry, chef de la Mission économique à Moscou, « notre part de marché d’environ 4 % ne nous situe qu’au 9e rang des pays fournisseurs de la Russie, et il ressort que nous ne tirons pas pleinement parti des opportunités d’un pays dont les importations augmentent de plus de 40 % chaque année. » La plupart des intervenants de la première journée l’ont souligné, les entreprises françaises ont une carte maîtresse à jouer avec la Russie. « Pour 2009, même si l’on s’attend à une hausse du chômage, les grands projets franco-russes se réalisent selon les calendriers prévus. Les négociations en cours portent notamment sur les secteurs du textile, de la télévision numérique et de l’aéronautique », affirme Ivan Prostakov, chef de la Représentation commerciale russe à Paris.

La Sibérie attend les Français

La coopération décentralisée entre régions françaises et russes, qui avait fait l’objet d’un précédent colloque au Sénat en février 2007, a été abordée dès le début des Rencontres. « L’échelon régional est proche du tissu des PME. Aujourd’hui, le développement à l’international leur est fondamental », fait remarquer Jean-Paul Bachy, président de la région Champagne-Ardenne et de la Commission internationale de l’Association des régions de France, avant d’évoquer les aspects de la coopération de sa région avec l’oblast d’Orel. Selon lui, trois grands paramètres doivent être pris en considération : « Les Russes, voyant l’Occident faire les yeux doux à la Chine et rejetés par leurs anciens satellites, se sentent orphelins. De plus, même si l’économie de marché se développe très vite, le poids des administrations reste décisif dans la conduite et le financement de grands projets d’affaires. Enfin, il faut que les grands groupes se fassent accompagner par les PME, qui, elles, ont beaucoup plus de difficultés à accéder au marché russe. » Face à une concurrence italienne et allemande affûtée, cependant, « en régions, les Russes attendent les Français », précise Vladimir Barkine, délégué général du bureau de représentation de la CCIP à Moscou. Les difficultés inhérentes à la conduite des affaires en Russie ont suscité de nombreuses questions, comme celle, récurrente, concernant le permis de travail. « Plusieurs cas ont été signalés de personnes en attente de leur permis de travail, qui, ne pouvant plus exercer leur activité professionnelle, ont été obligés de rentrer en France », souligne Emmanuel Quidet, président de la CCIFR et Associé d’Ernst & Young CEI.
En attendant l’Année de la France en Russie et de la Russie en France en 2010, Ubifrance et les missions économiques organisent une trentaine de manifestations commerciales l’année prochaine, auxquelles les PME sont invitées à participer. À quand un Salon de la France, qui réunirait les fleurons nationaux autour de PME en plein GOUM, à deux pas de la place Rouge, comme l’ont fait les Italiens, avec succès, en 2007 ?

Commenter cet article