Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gaz russe : Gazprom menace l’Ukraine

Publié le par SABAKA

Le groupe énergétique public russe menace de lourdes sanctions financières la société d’hydrocarbures Naftogaz, qui achète moins de gaz qu’elle ne le devrait.

Un nouveau conflit gazier pourrait bien liquéfier de nouveau la Russie et l’Ukraine. On se souvient des coupures de gaz à l’Ukraine de Gazprom en janvier dernier au motif de retards accumulés par Kiev dans le paiement de factures. Elles avaient alors fait peser un risque sur le Vieux continent, tributaire en partie du géant gazier russe. Cette fois-ci, Gazprom reproche à la compagnie de transport de gaz naturel ukrainienne Naftogaz d’avoir acquis, pour deux fois moins que prévu, le gaz russe sur le premier trimestre de l’année. Un engagement fixé dans un contrat entre Gazprom et Naftogaz, que n’aurait pas respecté la société ukrainienne.

Selon le contrat russo-ukrainien, Kiev doit acheter pour cinq milliards de m3 de gaz russe entre janvier et mars alors qu’il n’en a acquis moitié moins, seulement 2,5 milliards de m3. En conséquence, dans une lettre expédiée à Naftogaz, Gazprom dresse le constat que « l’Ukraine n’a pas utilisé le volume prévu de gaz ce qui, conformément au contrat, permet d’imposer des sanctions ». Le contrat impose, en effet, un minimum d’achat de 80% du volume même si la consommation in fine est en deçà.

 

La solution diplomatique

 

Kiev ne prend de toute évidence pas à la légère la menace de représailles financières dont le montant pourrait atteindre le milliard de dollars (750 millions d’euros). Il est vrai qu’en raison de la crise économique mondiale, l’Ukraine a connu une chute rude de sa consommation de gaz. Elle avait alors demandé à Gazprom de revoir le montant minimum de ses livraisons. « Gazprom n’a fait aucune réclamation officielle », à ce jour, a indiqué le porte-parole de Naftogaz. Gazprom s’en remet à la voie diplomatique avant d’engager la moindre sanction. Le premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko est attendu en visite officiel à Moscou à la fin du mois où le dossier sera évoqué

Commenter cet article