Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cummins. 40 salariés s'invitent au comité d'entreprise

Publié le par SABAKA

À l'appel de la CGT, une quarantaine de salariés de Cummins se sont invités, à 10h,au comité d'entreprise extraordinaire qui se tenait depuis 9h au Forum à Créac'h-Gwen.

Curieuse ambiance. Par petits groupes, à partir de 9h, des salariés de Cummins Filtration se sont rassemblés tranquillement sur le parking face au Forum à Créac'h-Gwen. Le plan social en cours de négociation porte sur la suppression de 85 postes, dont 58 licenciements, sur un effectif de 484 personnes.

La puissance Cummins

Au premier étage, il est entré dans la salle où se tenait le comité d'entreprise extraordinaire réuni pour discuter des termes du plan de sauvegarde de l'emploi. Interpellant le directeur, Jean-René Mouttet, un jeune salarié de 28 ans, Florian, chez Cummins depuis neuf ans, a exprimé le ressenti des employés présents: «Nous sommes ici pour vous prouver que les salariés sont capables de déchaîner leur puissance Cummins!» faisant ainsi référence à un slogan usité par le groupe.

Des propositions jugées «indécentes»

«La société, a poursuivi le jeune homme, se vante d'être l'un des meilleurs employeurs au monde et pourtant vous nous licenciez!». Il a aussi insisté sur les propositions jugées «indécentes» sur le montant des indemnités. Un exemple? 11.000 € pour dix ans d'ancienneté. «Je ne suis pas sûr que d'autres entreprises proposent moins alors que le groupe a fait un important chiffre d'affaires en2008. Tous les postes sont menacés. Le reclassement? Certains salariés seront rétrogradés», déclarait plus tard Florian, après la rapide intrusion au comité d'entreprise. Celle-ci n'a duré que quelques minutes et s'est achevée sous les sifflets.

La CGT quitte le CE

Les trois élus de la CGT ont rejoint à cet instant le groupe sur le parking, laissant les deux élus CFE-CGC et l'élu CFDT poursuivre les discussions au comité d'entreprise. Fanck Couton a indiqué que le directeur avait posé comme ultimatum la date du 30juin. «Si rien n'évolue d'ici là, on reviendra aux propositions du premier plan. Rien, déplore-t-il, n'a avancé. Ni sur le montant des indemnités, ni sur la reconnaissance du travail effectué pour ceux qui resteront. Il n'y a rien». Offusqué par les propos du directeur, un salarié lâche: «Il nous a traités de fainéants!», tandis que Franck Couton reprend: «Depuis le départ des intérimaires, les conditions de travail se sont dégradées. Depuis quatre mois, les gens n'en peuvent plus. Le taux d'absentéisme n'a jamais été aussi élevé. Si les mesures n'y sont pas, le travail ne repartira pas dans cette société». Il a proposé aux salariés de réfléchir aux futures actions à envisager pour la défense des emplois. Une réunion des délégués du personnel avait lieu l'après-midi. «Nous allons représenter nos27 questions en sachant pertinemment que nous n'aurons aucune réponse». À 10h30, tous les salariés avaient quitté les lieux.

  • Cathy Tymen




video cliquez  a ecoutez d urgence

Commenter cet article