Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’« Obama russe » ou comment faire du neuf avec du vieux

Publié le par SABAKA

La presse internationale présente à tort la candidature d’un Noir à une élection locale russe comme inédite
Les médias internationaux ont porté une grande attention à la candidature du Russe d’origine bissau-guinéenne Joaquim Crima dans une petite circonscription de la Fédération, finalement choisi par 5% des électeurs ce dimanche. Mais contrairement à ce qui a été beaucoup affirmé, il ne s’agit pas de la première candidature noire à une élection russe. Le phénomène Obama fait passer au second plan l’histoire très similaire d’un prétendant d’origine camerounaise à la mairie de Tver, il y a 9 ans.


« Je vais trimer comme un nègre ! » : le slogan de Joaquim Crima annonce la couleur. Russe originaire de Guinée Bissau, ce fermier de 37 ans a eu le droit aux honneurs des médias du monde entier tout au long de sa campagne pour le district de Srednaïa Akhtouba, qui compte 55 000 habitants. Un enjeu minime pour un pays de 141,8 millions d’habitants, mais un réel symbole du fait du racisme largement répandu parmi la population.

Le score de 5% environ obtenu dimanche est faible, mais réjouit un candidat qui n’en espérait pas tant. Un second candidat noir, Filipp Kondratiev, d’origine russo-ghanéenne, s’était également porté candidat dans le district. Il a obtenu 1% des voix, mais s’était présenté, selon Joaquim Crima, sur ordre du pouvoir local.

Toutefois, la journaliste Anna Stepnova, citée par The Huffington Post, estime que la candidature de Joaquim Crima lui-même relève d’une stratégie classique en Russie de captation des votes contestataire. Sans avoir de véritable chance d’être élu, Crima serait, par sa candidature opportune, assuré d’obtenir un siège au conseil de district en 2011. Membre de Russie unie, le parti de Vladimir Poutine, Crima concourrait de façon indépendante. Le candidat officiel du parti était lundi en tête des résultats partiels.

Un air de déjà-vu

Joaquim Crima n’est pas le premier Noir candidat à une élection en Russie, puisque Libération évoquait, en 2000, le cas de Marcel Tafen Wandji, candidat d’origine camerounaise à la mairie de Tver, une ville de 400 000 habitants.

Déjà à l’époque, le candidat noir avait fait la une des journaux. « Ne vous étonnez pas si le prochain maire de Tver s’appelle Marcel Tafen Wandji », avait titré le grand quotidien russe Izvestia. Et déjà, également, les slogans du candidat tentaient de détourner le racisme à son avantage, en proclamant « Avec Marcel, impossible de voir la vie en noir », ou encore « Marcel est différent ».

Neuf ans plus tard, la candidature d’un Noir semble toujours aussi exceptionnelle en Russie. Mais l’élection présidentielle de Barack Obama est passée par là en 2008. Surnommé l’« Obama russe », Joaquim Crima ne possède pourtant pas grand-chose de commun avec ce dernier, mise à part sa couleur de peau.





autre article le concernant, ici

Commenter cet article