Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Medvedev tance le parti Russie unie en présence de Poutine

Publié le par SABAKA

Par Reuters, publié le 21/11/2009 à 12:50 - mis à jour le 21/11/2009 à 15:37

 

null

SAINT-PETERSBOURG - Le président russe Dmitri Medvedev a reproché aux dirigeants de Russie unie la mauvaise tenue de certains scrutins lors des élections locales du 11 octobre et leur a conseillé d'apprendre à gagner de manière équitable.

 

 

Devant des centaines de délégués de Russie unie réunis en congrès annuel à Saint-Pétersbourg, le président russe Dmitri Medvedev a reproché aux dirigeants du parti la mauvaise tenue de certains scrutins lors des élections locales du 11 octobre et leur a conseillé d'apprendre à gagner équitablement. (Reuters/Alexander Demianchuk)

Dans sa critique la plus ferme à ce jour contre le parti au pouvoir, prononcée devant des centaines de délégués de Russie unie réunis lors de son congrès annuel à Saint-Pétersbourg, le chef du Kremlin a affirmé que certaines sections régionales n'avaient pas permis aux électeurs d'exprimer leur volonté.

"Les élections, qui doivent être (...) une mise en concurrence d'idées et de programmes, sont parfois transformées en affaires où l'on confond procédures démocratiques et administratives", a dit le chef de l'Etat dans un bref discours d'ouverture retransmis en direct par la télévision.

"Nous devons apprendre à gagner - chacun d'entre nous - nous devons à apprendre à gagner dans des compétitions ouvertes", a poursuivi Medvedev.

A proximité de la salle où se tenait le congrès, la police a interpellé des membres des Nationaux Bolchéviques, un petit mouvement d'opposition interdit, qui manifestaient en demandant à Medvedev de dissoudre le gouvernement du Premier ministre Vladimir Poutine.

"Nous aimons les slogans (de Medvedev) sur la nécessité de modernisation dans le pays, la nécessité de changement (...) mais ce ne sont que des mots", a déclaré à la radio Echo de Moscou Andreï Dmitriev, dirigeant de la section Nationale Bolchévique de Saint-Pétersbourg.

"C'est pourquoi nous proposons plusieurs mesures à adopter en priorité pour passer des paroles aux actes. Nous pensons que ces mesures pourraient consister à limoger le gouvernement russe dirigé par Vladimir Poutine et à cesser de dépendre de Russie unie, parti de bureaucrates et de fonctionnaires corrompus".

IRRÉGULARITÉS

Russie Unie, dirigé par Vladimir Poutine, prédécesseur de Medvedev au Kremlin, l'a emporté haut la main sur les partis d'opposition aux élections régionales qui se sont tenues en octobre dans la majeure partie du pays.

Des détracteurs ont affirmé que le vote avait été entaché par diverses irrégularités: votes multiples, dépouillements sujets à caution et obstructions aux campagnes des candidats de l'opposition, mais les autorités électorales ont rejeté ces critiques et Medvedev avait à l'époque félicité les vainqueurs.

Depuis son entrée en fonctions il y a 18 mois, Medvedev a fréquemment critiqué certains traits du système politique et économique de la Russie mais diplomates et hommes d'affaires soulignent que la situation n'a guère changé dans la pratique.

Devant son mentor Vladimir Poutine, Medvedev a déclaré que le parti n'était qu'un "instrument". "Oui, un instrument très important et absolument nécessaire mais seulement un instrument, un moyen mais pas une fin."

"Le parti doit toujours rester moderne pour ne pas vieillir, ne pas se déconnecter de la vie et de son propre électorat", a ajouté Dmitri Medvedev.

Pendant qu'il parlait, Poutine a regardé des documents, pris des notes et bavardé à plusieurs reprises avec le chef du groupe parlementaire de Russie unie Boris Gryzlov.

L'ancien président et actuel Premier ministre s'est joint aux délégués dans les brèves salves d'applaudissements qui ont ponctué le discours présidentiel mais n'a que rarement regardé Medvedev.

RELANCE DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE

Succédant à la tribune, Poutine s'est exprimé sur l'économie en annonçant entrevoir une reprise de la croissance après une chute de 8 à 8,5% du produit intérieur brut cette année.

Dans son discours de plus d'une heure, il a déclaré que la Russie devait abandonner un modèle économique basé sur les matières premières qui a fonctionné dans le passé mais qui n'est plus efficace.

Vladimir Poutine a annoncé un programme de relance pour l'industrie automobile russe avec une prime à la casse de 50.000 roubles (1.733 dollars) pour les véhicules de plus de dix ans en cas de rachat d'un véhicule neuf de fabrication russe.

Il s'est dit convaincu que le constructeur automobile AvtoVAZ avait un avenir mais il a souligné qu'AvtoVAZ, qui construit les voitures Lada, devrait se moderniser. Il a formulé l'espoir que ses actionnaires, parmi lesquels le français Renault se comporteraient de manière responsable.

Dans le domaine de l'énergie, le Premier ministre a annoncé que la Russie mettrait en service dans un mois un grand oléoduc acheminant du pétrole vers le Pacifique.

Il a ajouté que la Russie avait pour objectif de réunir les systèmes de transport de gaz asiatique et européen de Russie, ce qui permettra à Moscou d'acheminer plus facilement du gaz entre clients des deux continents.

Commenter cet article